Que ferons-nous maintenant?”  cette question a été posée par Roberts Redford à son staff au lendemain de sa victoire en 1972. La même question est certainement celle que se posent actuellement Hillary et Obama au lendemain du vote de Iowa.

20745095_pLa victoire écrasante d´Obama dans l´Iowa était plus qu´historique. Elle marquait un point d´exclamation. Si Obama réussit à capitaliser l´electorat tel qu´il le fait actuellement, il n y a pas de raison qu´on le ne voit pas comme représentant des démocrates aux élections prochaines. Hillary est coincée et elle en est consciente. Son discours plat d´après-vote prouve à quel point elle est en déroute. Sa troisième place, 9 points derrière Obama et 1 point avant John Edwards est la preuve irréfutable que son mythe d´invicibilité a disparu. Elle est maintenant coincée entre un combat qu´ elle n´avait jamais voulu livrer et qu´elle ne voulait pas. New Hampshire sur lequel elle a avait toujours compté est plus que décisif pour elle. Ce qui est surprenant est que sa défaite d´Iowa n´a pas été une surprise. La défaite, pour qui suit l´actualité américaine de prés était prévisible á l´oeil nu. Hillary coincée dans la machine électorale n´a pas su répondre aux questions de l immigration, du permis de conduire des illégaux et elle traine avec elle des vétérans comme Margareth Allbrights qui, pour bon nombre d´habitants du pays de l´oncle Sam représentent la « viellerie ».

Obama lui, s´est apuyé sur le travail qu´il veut promouvoir ; le travail dans sa version idéalisée en tout cas. Son discors post-électoral était parfait. Il était centré sur l´espoir combiné avec une parfaite connaissance de l´histoire américaine, le tout dans un style des plus éloquents.