Guerre secrète contre la Guinée
francafrique
Pendant quinze ans, de 1958 à 1973, les services spéciaux français ont mené une guerre subversive pour renverser le dirigeant de la Guinée, Sékou Touré, et ramener ce pays dans le giron de l'ancienne « métropole ».

_ « Déstabilisez la Guinée! »

C'est à la fin août 1958 que de Gaulle, alors président du Conseil, réalise sa fameuse tournée pour proposer sa« politique d'association» aux colonies africaines dans le cadre de la Communauté française. Ses conseillers ont suggéré qu'il se rende d'abord à Conakry, la capitale de la Guinée, où l'accueil risque d'être plus crispé qu'à Dakar.

Pourtant, la biographie de Sékou Touré n'en fait pas un révolutionnaire à tous crins. Il a en effet suivi un cursus politique très classique. En octobre 1946, il a participé au congrès de Bamako, où s'est créé le Rassemble­ment démocratique africain (RDA), réunissant des partis politiques de huit colonies françaises d'Afrique subsaharienne. L'année suivante, une section locale, le Parti démocratique de Guinée (PDG), a vu le jour, dont Sékou Touré devient le secrétaire général en 1952. Quatre ans plus tard, le voici simultané­ment député à l'Assemblée nationale française et maire de Conakry. Enfin, en 1957, celui que l'on surnomme affectueusement «Sily» l'« Éléphant ») est membre du Conseil de l'Afrique occidentale française à Dakar et vice-prési­dent du conseil de gouvernement. Il est bien décidé à accueillir le général d'égal à égal.
Pour éviter tout quiproquo à l'annonce de la visite de l'homme du 18 Juin, Sékou Touré a remis son discours à Jacques Foccart quelques jours plus tôt. Mais« Monsieur Afrique» ne l'a pas transmis à de Gaulle. Résultat: le 27 août, le « Grand Charles» tombe de haut quand il entend le ton militant du diri­geant guinéen, qui estime l'indépendance totale préférable à l'association: «Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l'esclavage. »La déception du Général s'exaspère le lendemain, quand, débarquant à Dakar, des pancartes du Parti du regroupement africain (PRA) réclament aussi l'indé­pendance complète pour le Sénégal. De plus, ni Leopold Sédar Senghor ni Mamadou Dia (bientôt respectivement président et Premier ministre du Sénégal) ne se sont déplacés à l'aéroport pour lui souhaiter la bienvenue. De là à penser que l'intransigeance de Sékou Touré va faire tache d'huile dans toute l'andenne« Afrique française» )...

Deux mois passent. À peine les Guinéens ont-ils dit « non» ) au référendum du 28 septembre sur le projet de Constitution de la Ve République prônant l'association - ils sont les seuls à le faire en Afrique -, que Sékou Touré devient la « bête noire» des services spéciaux français. Devenue indépendante le 2 octobre 1958, la Guinée est immédiatement reconnue par la Chine et l'URSS. Début 1959, elle adhère à l'ONU. À l'Élysée - de Gaulle a été élu prési­dent avant Noël-, Jacques Foccart donne le feu vert: « Déstabilisez la Guinée! »
Baptême du feu pour le secrétaire général aux Affaires africaines et malgaches: les opérations vont aller crescendo sous la houlette technique du colonel Tristan Richard, responsable du secteur Afrique - Moyen-Orient au Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE). Son principal relais, Maurice Robert, chef de poste SDECE à Dakar, active une dizaine d'« honorables correspondants ) dans l'entourage du leader guinéen ainsi que dans l'opposition.



«J'ai été recruté par les services français, témoignera plus tard Bangouri Karim - animateur du Bloc africain de Guinée (BAG), puis secrétaire d'État guinéen aux Mines et à l'Industrie -, par l'intermédiaire de jacques Périer, qui représentait les anciens Établissements français de l'Inde. En juillet 1959, je le rencontrai chez lui avenue Raymond-Poincaré pour lui faire mon premier rapport. La consigne secrète des services secrets français était, à l'époque, d'entrer dans le gouvernement d'union et dans l'administration, et de pour­suivre le travail pour une prédominance française, sur tous les plans, notam­ment économique, culturel et politique. »
« C'est l'intendant militaire Arens qui m'a recruté », admettra également Keita Noumandian, le nouveau chef d'état-major interarmes, ancien tirailleur sénégalais qui a participé à la libération de Marseille avec l'armée de Lattre en août 1944. «Les premiers contacts ont été établis par le capitaine Boureau, officiellement attaché de presse à l'ambassade de France en 1960. De temps en temps, le capitaine Boureau passait à mon domicile pour prendre les rensei­gnements sur l'armée, le moral des troupes, les rapports de l'armée avec le gouvernement. »
« Boureau » ? Il s'agit de Boureau-Mitrecey, le même officier qu'on a vu animer la Main rouge à Tanger pour saborder des navires bourrés d'armes en partance pour l'Algérie . Ce spécialiste du sabotage doublé d'un « offi­cier traitant» exceptionnel recrute des opposants guinéens à la politique. Il est venu remplacer l'« attaché culturel »,l'homme du SDECE que l'on estime grillé et que Robert a rapatrié dare-dare. Car dès les premiers jours de l'indé­pendance, des experts d'Europe de l'Est, surtout ceux du StB, la police secrète tchécoslovaque, habituée à opérer contre les Français, sont venus former les hommes de la sécurité guinéenne. L'afflux de conseillers de l'Est conforte a posteriori les motifs d'isoler la Guinée et de la déstabiliser.

_ Guérilla des frontières et monnaie de singe

De son poste de Dakar, le commandant Robert et des agents sous couverture resserrent les boulons et effectuent des liaisons avec des hommes d'affaires enclins à rester dans le pays, les « Français de Guinée », dont 30000 planteurs. C'est le cas d'un agent du SDECE qui gère la boutique des souvenirs à l'Hôtel de France à Conakry, où il surveille des experts russes, tchèques et chinois.

Simultanément, dans un grand plan d'ensemble géré par Robert, de concert avec Foccart, la Piscine décide d'impulser une guérilla des frontières dans la zone de Fouta Djalon, grâce à une petite armée composée essentielle­ment de Peuls. Le visage barré d'une moustache très British, le colonel Freddy Bauer débarque à Dakar avec des instructeurs du service Action. Cet ancien de l'école de brousse de la demi-brigade SAS en Indochine et du 11e Choc en Algérie est un baroudeur de premier choix, mais il ne passe pas inaperçu. Les caches d'armes établies sur la frontière de la Côte-d'Ivoire et du Sénégal sont détectées et l'opération Fouta Djalon finit mal pour les « harkis guinéens ». Senghor avait fait savoir qu'il acceptait qu'on lance ces missions, mais à conditlon d'agir vite et discrètement. C'est raté! Quant à Houphouët-Boigny, favorable au départ, il finit par se fàcher et agonir d'insultes le haut-commis­saire de France, Yves Guéna.

C'est pourquoi la Piscine a doublé ses réseaux. À l'insu de Robert, la mission jimbo de Marcel Chaumien, alias« Monsieur Armand », est plus discrète. Ce dernier appartient au Service 7 du SDECE, celui des opérations spéciales, et « traite» le réseau d'honorables correspondants dans les compa­gnies aériennes Air France et VAT, dirigées par un ami du service, ancien pilote de l'Espagne républicaine, Roger Loubry (qui réalisa, en 1948, le premier vol Paris-New York à bord d'un Constellation d'Air France). Il ne néglige pas les compagnies de transport au sol, comme la société « Taxis Services », dirigée par Valentin T. à Conakry.

Les opérations s'intensifient fin 1959 : ainsi, l'ancien radio de Chaumien pendant la résistance antinazie, Roger Soupiron (alias «JIM 524 »), se rend incognito à Conakry, puis il monte une opération spéciale à Freetown, en Sierra Leone, avec son agent «JIM 570 ». Objectif: faire rater la visite de Sékou Touré en Grande-Bretagne, à l'invitation chaleureuse de la Reine Elizabeth! L'entente cordiale n'est pas de mise.

Entre-temps, à Paris, le général Grossin voit grand. Le chef de la Piscine a eu personnellement l'idée de monter l'opération: ruiner l'économie guinéenne en l'inondant de fausse monnaie. Le colonel Guy Marienne («alias Morvan »), patron du Service 7, fait fabriquer de la monnaie de singe dans l'imprimerie secrète du SDECE-des billets de 5,10,100,500 sylis (du nom de l' «éphant») -, au moment où la banque centrale de la République de Guinée s'apprête à produire ses propres billets en mars 1960. La Banque de France, sur Instructions du général de Gaulle, a déjà rendu inutilisables trois millions de francs CFA, demeurés à Conakry, en refusant de faire paraître le décret d'émission qui authentifie d'une lettre chaque billet selon le territoire africain. Autrement dit, les francs CFA en provenance de Guinée ne sont pas acceptables au Mali ou au Sénégal. Alors que Sékou Touré fait imprimer à Prague sa propre monnaie, le SDECE introduit ses faux billets en masse et Inonde le marché guinéen.

Sékou Touré se retrouve avec une monnaie inexportable, ruiné, aux abats », expliquera plus tard Marcel Leroy (alias« Finville »),le numéro deux du Service 7 qui a également contribué à cette situation catastrophique en se rendant à Conakry. Il ajoute: « Il est à plat ventre, comme le souhaitait le Général. Mais pas devant la France. Il se tourne définitivement vers les régimes socialistes. Les Tchèques prennent en main l'administration, enca­drent la police. Le folklore bon enfant fait place à la terreur d'État. »

Pourtant, contrairement à ce que l'on a souvent dit, le départ du général de Gaulle en 1969 n'empêche ni jacques Foccart - un temps mis sur la touche ­ni le SDECE - alors dirigé par Alexandre de Marenches - de poursuivre les opérations contre la Guinée.


Les services secrets portugais au secours du SDECE

Après avoir raté le renversement de Sékou Touré en solo, le SDECE s'appuie sur des services spéciaux portugais, colonisateurs de la Guinée-Bissau voisine, où ils combattent la guérilla d'Amilcar Cabral, le chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et des îles du Cap-Vert (PAIGC). En 1970, le SDECE monte de concert avec la Police internationale de défense de l'État (PIDE/DGS) et les renseignements militaires portugais (DINFO) l'opération Mar verde, dans le but de renverser Sékou Touré. Le dictateur Marcelo Caetano y a tout intérêt: il espère, grâce aux Français, détruire le soutien logistique du leader de Conakry au PAIGC. Mais l'opération va capoter.
Dans un livre sur les renseignements militaires portugais, publié en 1998, la journaliste d'investigation Paula Serra cite le commandant Alpoim Calvâo, chef de l'invasion de novembre 1971, côté portugais. Son bilan de l'opération n'est guère flatteur, ni pour le SDECE ni pour les services de Lisbonne: « Nous avons tout raté faute de renseignements de qualité! Nos informations aussi bien politiques et stratégiques que tactiques et opérationnelles étaient quasi­ment nulles... »
Cependant, le 20 janvier 1973, Amilcar Cabral est assassiné (par des membres de son parti manipulés par les services portugais). Et Barbieri Cardoso, le patron des opérations africaines de la PIDE, décide que c'est le moment ou jamais de porter l'estocade aux indépendantistes. Rencontrant fréquemment Alexandre de Marenches, le Portugais n'a aucun mal à obtenir l'appui de la Piscine dans une nouvelle initiative baptisée « opération Saphir ».
Le principe en est simple: c'est une partie de billard. La PIDE et le SDECE infiltrent le PAIGC, affaibli par la disparition de son chef charismatique ainsi que par les tensions politiques et ethniques qui prévalent entre Guinéens et Cap-Verdiens. Le but recherché, grâce à deux agents provocateurs de la PIDE infiltrés à la direction du mouvement de libération, est que les Cap-Verdiens fassent sécession, encouragés par Sékou Touré, et que les Guinéens, furieux, s'opposent à ce dernier. Mieux encore, dans un rapport du 3 avril 1973, la PIDE explique à ses amis du SDECE comment on arrivera à atomiser la faction guinéenne du PAIGC entre pro-Sékou Touré et pro-Occidentaux, dont l'un des groupes dirigé par Samba Djalo, le chef de la sécurité du PAIGC dans la région nord, et basé au Sénégal, accepterait de monter l'assassinat du diri­geant de Conakry.
Quatre hauts fonctionnaires affidés à la PIDE dans cette capitale sont de mèche avec les comploteurs regroupés au sein d'un Front de libération natio­nale de Guinée (FLNG). Le plan final est prévu pour juillet 1974. Un rapport du SDECE du 4 avril présente les détails concernant les communications et le transport de troupes par avion. Le compte à rebours de Saphir se décline ainsi: « 16-23 avril: réunion dans un pays africain avec les dissidents du PAIGC, les Guinéens (Conakry), etc. Établissement du plan d'action; 22 avril-5 mai: instruction des dirigeants par nos techniciens en Europe. Réunion possible à Bruxelles (sans les gens du PAIGC) ; fin mai-début juin: installation du maté­riel et du personnel; 2e et 3e semaines de juin: entraînement du personnel; fin juin, début juillet: lancer l'action! »
Mais les services spéciaux peuvent-ils altérer le cours de l'Histoire? Le 25 avril 1974, Barbieri Cardoso a fait le voyage à Paris pour finaliser l'opéra­tlon Saphir ravec de Marenches. Dès que ce dernier le reçoit à la Piscine, il inter­roge l'homme de la PIDE : « Savez-vous ce qui se passe chez vous? » Le Portugais fait la moue: « La révolution, mon cher! » En effet, la « révolution des Œillets" vient d'éclater, selon un plan conçu par des capitaines démo­crates de l'armée coloniale. Fort de ses amitiés françaises, Cardoso pourra rester à Paris, chaperonné par le colonel jacques de Lageneste, chargé des liaisons extérieures du SDECE. Le même qui, un peu plus tard, prendra langue avec le général Antonio de Spinola, ancien gouverneur de Guinée-Bissau, pour organiser la contre-révolution au Portugal...
Le 24 janvier 1976, le journal Expresso de Lisbonne publie des documents de l'opération Saphir, définitivement enterrée, d'autant que des relations diplomatiques franco-guinéennes ont été rétablies en 1975. C'est l'occasion de libérer des « espions français» détenus en Guinée, souvent victimes de la paranoïa d'un régime poussé dans ses retranchements. Ainsi Jacques Marcel­lier, arrêté et interné au camp de Boiro. Cet ancien militant socialiste, proprié­taire de cinémas, avait été élu en 1957 sur la liste du RDA et s'était rallié à Sékou Touré. À l'indépendance, il se fixe dans son pays d'adoption et milite dans le parti au pouvoir, avant d'être soudain dénoncé comme « espion» suite au complot franco-portugais de 1971. Libéré en 1975, il ne s'en remettra pas et mourra de chagrin cinq ans plus tard à Paris.
Sa trajectoire illustre le gâchis provoqué par la guerre secrète lancée par Foccart et le SDECE contre la Guinée. La révolution des Œillets correspond à l'arrivée de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence et bientôt Foccart sera écarté des affaires africaines, non sans laisser derrière lui des réseaux actifs.

A la fin de sa vie, il a livré une anecdote parlante sur ces menées anti­guinéennes dans une interview fleuve réalisée par le journaliste Philippe Gail­lard: « "Monsieur Afrique" avoue: "Nous avons déjà parlé de l'affaire montée contre Sékou Touré à partir du Sénégal en avril 1960. Le général [de Gaulle] l'a apprise par la protestation que lui a adressée Mamadou Dia. Il était furieux. "Qu'est-ce que c'est que cette histoire? Qui a pu faire cela ?" Il aurait pu exploser, me demander de quel droit j'avais pris de telles initiatives. Mais je lui ai donné des explications. Il a eu un commentaire laconique: "Dommage que vous n'ayez pas réussi". »



Pour en savoir plus

Philippe BERNERT, SDECE, Service 7, Presses de la Cité, Paris, 1980.

Roger FAUGOT et Pascal KRoP, La Piscine, Seuil, Paris, 1985.

Jacques FOCCART, Foccart parle. Entretiens avec Philippe Gaillard, tome 1, Fayard/Jeune Afrique, Paris, 1995.

Paula SERRA, DINFO. Historias secretas do serviço de informaçoes militares, Dom Quixote, Lisbonne, 1998.